Pourquoi l'Europe a autant d'ennemis ?

Pourquoi l'Europe a autant d'ennemis ?

 

Telle est la question que les citoyens européens devraient se poser, à laquelle ils devraient sérieusement réfléchir, qu'ils devraient creuser en profondeur, ce qui les éclaireraient sans doute sur les avantages réels et non supposés de la construction européenne. Car les adversaires les plus farouches de cette dernière, jusque-là en embuscade, se réveillent et se révèlent, à l'aune des difficultés et des crises qui fragilisent et menacent l'Union européenne (UE). Tels des charognards, ils profitent de sa faiblesse pour se jeter sur elle dans l'espoir de l'achever. Non contents que l'Europe s'ébrèche d'elle-même, ils se faufilent dans ses fissures afin de l'exploser une bonne fois pour toute.

 

Pourquoi tant de haine ? Parce que la construction européenne les gène, les entrave, les circonscrit et les effraie.Qui sont ces ennemis ? Ils sont à fois intérieurs et extérieurs.

 

Commençons par les ennemis extérieurs. Certains d'entre eux sont connus de longue date, au premier rang desquels Vladimir POUTINE, le nouveau Tsar de toutes les Russies, qui rêve d'un continent de nouveau divisé dans l'optique folle de reconstituer la zone d'influence impériale puis soviétique, avec ses Etats satellites qui étaient les pays d'Europe de l'Est, de la mer baltique à la Méditerranée. Ce projet est-il si fou ? Sans doute que non vu l'évolution de la Hongrie, de la Bulgarie et même de la Grèce, qui lorgnent de plus en plus vers la Russie, tandis que les Polonais, les Baltes et même les Suédois, malgré leur neutralité, s'inquiètent de plus en plus de la volonté d'expansion désormais affichée par POUTINE.

 

D'autant plus affichée maintenant que les Etats-Unis ont placé à leur tête un autre ennemi déclaré de l'UE, le nouveau Président Donald TRUMP qui, sans ambages, comme à son habitude, vient d'exprimer son souhait que le Brexit fasse des émules, autrement dit que l'Europe se morcelle. Rien d'étonnant pour ce populiste qui a tout misé sur la grandeur américaine, à retrouver au détriment bien sûr de ses principaux concurrents que sont la Chine et... l'Europe ! Pour lui, celle-ci s'est construite pour faire pièce à la superpuissance américaine. Il n'a pas tout à fait tort, si on omet au passage la menace qui a longtemps sévit sur les Européens et les a encouragés à s'unir, à savoir l'Union soviétique dont POUTINE est si nostalgique. Ici se rejoignent ces deux personnalités aujourd'hui incontournables : pour eux, l'UE est un horrible obstacle à leur désir d'hégémonie, parce que les Européens, unis, sont en mesure non seulement de gagner en autonomie, mais aussi et surtout de constituer eux-mêmes une superpuissance rivale.

 

Ils sont rejoints ici par la Chine qui, comme eux, aimeraient une simple zone de libre-échange qui leur permettrait de s'imposer d'autant plus aux plans commercial et économique qu'elle serait composée de pays à l'envergure au mieux moyenne, dans un rapport de force qui leur serait dès lors logiquement favorable.

 

Venons-en maintenant aux ennemis de l'intérieur, en l'occurrence soutenus par ceux de l'extérieur, parfois financièrement, à l'instar du Front National qui bénéficie depuis plusieurs années de l'appui de banques russes, forcément et fortement incitées en ce sens par le maître du Kremlin qui y voit une opportunité de fragmenter encore plus l'UE. Il s'agit bien évidemment ici de ce que les médias nomment sous le terme générique de populistes.

 

Parlons plutôt de démagogues qui usent des pires mensonges et calomnies pour attiser les peurs, manipuler les esprits et conduire les électeurs sur la pire des voies, celle du chaos dont ils pensent sortir vainqueurs pour s'arroger un pouvoir absolu. La construction européenne ne peut que leur donner la nausée et susciter leur haine pour les valeurs qu'elle entend défendre et porter : démocratie, liberté, droits de l'homme, solidarité, tolérance, humanisme...

 

Des valeurs qui sont là encore autant d'obstacles à leur stratégie de montée en puissance et d'accession au pouvoir. Ils s'appliquent jour après jour à les discréditer, en les prétendant inopérantes et dangereuses, excipant de la récession, du chômage et de l'immigration à l'appui de leur thèse mortifère, en oubliant volontairement au passage que la construction européenne a apporté au continent paix, prospérité et puissance comme jamais dans son histoire depuis l'Empire romain, son haut degré de civilisation et sa Pax Romana.

 

En fait, ils voudraient ni plus ni moins la ramener à l'époque des barbares qui ont détruit les fondements de cette civilisation et plongé l'Europe dans les basses fosses de l'Histoire pendant un millénaire, au profit de deux empires, byzantins et musulmans qui ont été dans le même temps florissants et dominants.

 

Les citoyens européens veulent-ils vraiment en arriver là, à savoir un retour aux pires heures du Vieux Continent ? Car la destruction programmée de l'Europe par ses différents ennemis, en train de se coaliser contre elle, ne favorisera jamais que ces derniers. Les grands perdants seront précisément ces citoyens européens qui se rendront compte que l'union fait la force dans l'intérêt de tous.

 

Il n'est pas trop tard pour en prendre conscience et sauver notre Europe, notre planche de salut dans un monde de grands blocs où la seule manière d'exister, de nous préserver et de prospérer est et sera plus que jamais de construire une Europe puissance, mieux, superpuissance, dans le respect des différences de chacun qui sont sa principale richesse.

 

Crédit photos : L'Europe des Citoyens
Rédacteur : Cédric Espéranto