Chronique débat: « Immigration : arrêtons l’appel d’air européen » & « L’Europe fracturée par l’immigration illégale » parus, les 19 et 26 juin derniers dans le Figaro, par Renaud Girard

Chronique débat: « Immigration : arrêtons l’appel d’air européen » & « L’Europe fracturée par l’immigration illégale » parus, les 19 et 26 juin derniers dans le Figaro, par Renaud Girard

 

http://premium.lefigaro.fr/vox/monde/2018/06/18/31002-20180618ARTFIG00342-renaud-girard-immigration-arretons-l-appel-d-air-europeen.php

http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/2018/06/25/31003-20180625ARTFIG00316-renaud-girard-l-europe-fracturee-par-l-immigration-illegale.php

 

Cher Monsieur Girard,

Nous vous faisons part de nos appréciations sur vos deux articles « Immigration : arrêtons l’appel d’air européen » & « L’Europe fracturée par l’immigration illégale » parus les 19 et 26 juin derniers dans le Figaro.

Votre analyse est excellente ! Vous soulevez des faits avérés et pertinents.

Cependant il y a certains points qui nous semblent discutables :

- Quand vous dites « Il n’est pas sain que les villages africains vivent dans l’attente des mandats qu’envoient ou qu’enverront les migrants une fois arrivés en Europe, plutôt que de chercher à se développer par eux-mêmes », il s’agit là au contraire d’une valeur forte montrant la solidarité des familles au sens africain du terme ( 200 à 500 individus) et des habitants du même village.

Alors que dans le même temps, hormis la solidarité intergénérationnelle entre grands-parents et petits enfants, les européens oubliant l’ancestrale solidarité paysanne, sont réduits au rôle d’individus-consommateurs sans lien avec le bien public.

Par ailleurs, nous savons d’expérience, qu’une quantité non négligeable de l’argent envoyé par les immigrés est investie par les familles dans des projets. Pour être plus clair, tout n’est pas consommé immédiatement dès que « l’argent Western Union » arrive !

Vous écrivez également : « Soixante ans de coopération technique européenne en territoires africains indépendants n’ont pas réussi à y greffer le concept plutôt élémentaire de planning familial »

Aussi élémentaire que cela puisse paraître à un esprit européen, le concept même de planning familial ne veut strictement rien dire pour une population subsaharienne majoritairement agricole, représentant ainsi, 80%, de la population totale.

La notion de planning familial est comprise par la “bourgeoisie urbaine”, mais ignorée par tout le reste de la population.

Tous les sociologues sont d’accord : seule l’éducation des couples, et en particulier l’éducation des femmes permet une forte baisse de la natalité et un alignement progressif sur la situation démographique des pays développées (Voir à ce sujet l’évolution de la Tunisie ces cinquante dernières années).

L’expérience de notre partenaire, Res Publica (www.respublica.asso.fr), en matière de scolarisation des filles et même des garçons qui a été menée au Burkina Faso depuis près de vingt ans sur une population rurale d’environ 100 000 habitants ) corrobore l’analyse des sociologues.

Et, bonne nouvelle pour les gouvernements de nos deux continents : ça ne coûte pas cher !

L’ expérience de Res Publica, montre que, cela coûte environ 15 euros par an et par personne. Soit, pour 1, 2 milliard d’africains, environ 18 milliards d’euros par an, c’est-à-dire un peu plus de un pour mille (nous avons bien dit, un peu plus de un pour mille) du PIB de la zone euro !

A cet argent, il faudra ajouter beaucoup « d’huile de coude ». Si les bailleurs européens se contentent comme ils le font depuis l’indépendance, de mettre l’argent sur la table et de s’en retourner immédiatement chez eux, cet argent ne servira, qu’à alimenter la corruption de l’élite dirigeante, comme c’est le cas de la quasi-totalité de l’aide déversée sur l’Afrique depuis soixante ans.

Enfin, lorsque vous annoncez qu’ « il n’y a pas, en ce moment de troisième millénaire, de sujet géopolitique plus important que l’explosion démographique en Afrique », vous n’avez qu’à moitié raison !

Nous faisons face en fait à deux sujets géopolitiques majeurs : l’explosion démographique en Afrique que vous avez brillamment expliquée et l’effondrement démographique en Europe que vous avez passé sous silence malgré l’unanimité des géographes et des démographes sur le sujet. Il convient de ne pas ignorer que la France et l’Europe sont entrées dans un véritable « hiver démographique » au mitan des années 70, même si des pays comme la Pologne ou l’Irlande y sont entrés plus tard.

Explosion démographique d’un côté, effondrement de l’autre, c’est cette réalité qui engendre les migrations dans notre partie de l’univers que nous pouvons appeler « l’Eurafrique ». Il n’y aura finalement que deux solutions :

- Soit l’Europe sera capable de s’entendre pour mettre en place une immigration maitrisée en fonction de ses besoins, sur le modèle que suivent, avec une certaine réussite, le Canada et le Québec …

- Soit l’Europe continuera à subir une immigration anarchique, que rien ne pourra même partiellement endiguer !

 

 

Crédit photos : L'Europe des Citoyens
Rédacteur : L'Europe des Citoyens